Comment ça fonctionne ?


Mécanisme respiratoire

 

 

Mouvement du diaphragme  (en vert sur l'image de droite) dans le rythme respiratoire.

 

LE SITUER :

 

Le diaphragme est un muscle transversal, en forme de parachute, qui tapisse de gauche à droite et d’avant en arrière toute la partie basse de la cage thoracique. Il correspond à la limite entre la cavité thoracique et la cavité abdominale.

 

Il s’attache sur le sternum, et sur les six dernières côtes de chaque côté. Par son attachement sur les six dernières côtes, il est donc en rapport avec les six dernières vertèbres dorsales.

Il possède de plus des piliers qui s’insèrent sur les quatre premières lombaires.

Il s’insère sur la colonne vertébrale à partir de la sixième dorsale, jusqu’à la quatrième lombaire : soit 11 vertèbres au total. Il s’insère donc sur la moitié de la colonne vertébrale.

 

La contraction du diaphragme est une contraction réflexe et involontaire, commandée par le nerf phrénique (situé au niveau de la moelle épinière cervicale haute) . Nous pouvons modifier volontairement nos respirations.

 

La contraction du diaphragme est à l’origine de la mobilité des viscères et organes abdominaux. 

SON MOUVEMENT :

 

Le diaphragme est comme le piston d'une seringue : il s'abaisse et s'aplatit augmentant ainsi le volume du thorax pour faire entrer l'air dans nos poumons à l'inspire et remonte à l'expire. Il se contracte environs 24 000 fois par jour.

iCAP Université Claude Bernard Lyon 1

 

 

Les poumons d'un adulte ont une capacité moyenne de 3 ou 4 litres.
En général, le volume d'air que nous inspirons et expirons n'est guère supérieur à 0,5 litre (ce qui correspond quand même à un volume d'environ 36 m³/h). Pendant l'effort il peut dépasser 3 litres.



Respirez un grand coup maintenant, observez et ressentez la détente en fin d'expire.